Nos positions

  • Communiqué de presse septembre 2017

Poursuite de la défense de la vérité

Contre le projet de station d’épuration de Portet-Sur-Garonne

En prolongement de ses nombreuses manifestations de mécontentement couvertes par la presse et notamment celle rendue publique avec la présence du soutien de l’ancienne ministre de l’Écologie Corinne LEPAGE et des députés de la majorité présidentielle, l’A.D.E.R. vient d’établir un important rapport listant avec une totale objectivité, sur plus de 150 pages, les défaillances rendant caduc le projet de station d’épuration (STEP) que la Mairie de Portet-Sur-Garonne envisage de mettre en œuvre avec le SIVOM SAGe.

 

        En effet ce projet improvisé, en zone classée « Natura 2000 », face à la réserve naturelle régionale du confluent Garonne-Ariège, véritable « poumon vert » au sud de Toulouse, à l’entrée du village de Lacroix-Falgarde, n’offre  en final aucune garantie au regard :

 

des recommandations règlementaires liées aux respects des équilibres naturels avec la biodiversité, des impératifs écologiques, géologiques, paysagers et de pollution aérienne et olfactive,
des prévisions de dépenses conséquentes  avec de gros risques – non calculés avec précisions - des travaux sous le lit de la Garonne. Il est à prévoir aussi des surprises de surcoût dans d’autres domaines dont notamment l’absence de compatibilité de la voie trop étroite du chemin des Etroits qui interdit la circulation aux engins d’exploitation de plus de 3,5 T.

A ce titre, il convient de rappeler les recommandations publiées récemment par  la Chambre Régionale des Comptes, regrettant les surcoûts constatés dans des constructions structurants confiés en général à la COGEMIP et Midi-Pyrénées Construction, 

du respect des valeurs du patrimoine historique de 3 Châteaux classés,
des risques de déstabilisation des contreforts boisés avec les aléas des glissements de terrain avérés.

 

      Cet inventaire de défaillances vise aussi à mettre en garde tous les responsables institutionnels, politiques et privés, concernés par ce projet, qui devront s’accorder à rejeter ce projet de STEP d’autant qu’il existe une réelle solution alternative moins onéreuse et plus efficace avec l’importante et moderne station de Cugnaux qui dispose déjà d’une grande capacité de réserve en réponse aux besoins.

 

        Pour conclure sa démarche de défense de la vérité contre cette STEP, l’A.D.E.R. voit sa mission,  conforme au respect de l’intérêt général, confortée avec l’avis défavorable exprimé par l’Architecte des Bâtiments de France, qui par lettre en date du 15 mars 2017 s’est prononcé contre le choix du site actuel de cette STEP en encourageant une implantation ailleurs.

 

         L’A.D.E.R. espère que cet avis relevant du Ministère de la Culture et de la Communication puisse favoriser l’émergence d’une prise de conscience citoyenne auprès de tous les responsables impliqués dans ce projet « contre-nature » afin que l’irréparable ne puisse se produire !